Un nouveau plan d’aménagement urbain du Cap-Haïtien (Le Nouvelliste)

Le Premier ministre haïtien Laurent Lamothe, en compagnie de quelques membres de son cabinet, a reçu, à la Primature ce lundi 1er septembre 2014, une délégation de Now Institute de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) conduite par Michaëlle Jean, l’envoyée spéciale de l’Unesco pour Haïti, pour une réunion de travail autour du « Plan d’aménagement urbain et d’extension du Cap-Haïtien et de Milot ».

« On ne peut plus se permettre d’avoir une entrée comme celle du Cap-Haïtien […] Ce n’est pas digne de cette ville qui a tant à offrir au monde de par sa culture et son histoire », s’est exclamée, horrifiée, Michaëlle Jean, envoyée spéciale de l’Unesco pour Haïti. Cette dernière, avec la verve qui est la sienne, a défendu tout au long de la réunion la pertinence de ce plan.

« C’est un dossier urgent pour le développement du tourisme et pour l’image de la ville du Cap », a soutenu l’ex-gouverneure générale du Canada. Présente à cette séance de travail, Stéphanie Balmir Villedrouin, ministre du Tourisme et des Industries créatives, s’est montrée très emballée par la présentation de ce plan ainsi que par ses probables retombées pour le tourisme. Si jamais il était mis à exécution.

Pour la ministre, ce plan pourrait être à l’origine d’une réplique de la ville de Venise au Cap-Haïtien. Pour ce faire, le plan doit être en mesure de désenclaver la grand-rue et de transférer tous les magasins qui s’y trouvent en dehors de la ville. Il est question aussi, à travers ce plan d’aménagement urbain, de maintenir propre la rivière à l’entrée de la ville du Cap et de réparer les maisonnettes construites dans cet environnement.

Frédérick Mangonès, architecte et partenaire de Now Institute, porteur de ce plan d’aménagement urbain, s’est dit prêt à relever le défi. Néanmoins, il sollicite l’implication de l’État, en sus du versement des 200 000 dollars américains nécessaires à l’étude de faisabilité de ce plan, afin d’avoir un accès total à l’information. Sinon, comme des dizaines d’autres avant lui, ce plan est voué à l’échec.

Par ailleurs, Michèle Oriol, secrétaire exécutive du Comité interministériel pour l’aménagement du territoire (CIAT), a plaidé en faveur de la création d’une autorité d’aménagement. « Le moment est maintenant venu pour la création d’une autorité d’aménagement car les plans sont faits et ne sont jamais respectés », a déclaré Michèle Oriol. Pour cette dernière, rien n’empêche l’exécutif de commencer à plancher sur la préparation d’un arrêté créant cette autorité d’aménagement.

Le chef du gouvernement, très concentré durant tout le déroulement de la réunion et qui n’a cessé de prendre des notes, a promis à l’équipe de Now Institute le support de l’Etat haïtien. Il a en outre demandé au CIAT et au Now Institute de travailler d’arrache-pied en vue de la présentation d’un plan d’aménagement pour plusieurs autres villes de province.

Au cours de ces 10 dernières années, le Now Institute,  un centre de recherche urbaine en architecture et en urbanisme à l’UCLA, a établi un partenariat avec des organismes privés, des décideurs et des organisations non gouvernementales à Los Angeles, New Orleans, Madrid, Pékin et Port-au-Prince pour offrir aux architectes la possibilité d’associer l’urbanisme à des domaines incluant la culture, la mobilité, la revitalisation urbaine et la durabilité.

———————————————————————

MetropoleHaiti.com partout avec vous!
Vers l’exécution d’un plan d’aménagement de la ville du Cap-Haïtien

 Le Premier ministre, Laurent Lamothe, s’est entretenu, lundi, avec l’envoyée spéciale de l’Unesco pour Haïti, Michaëlle Jean, autour d’un important projet d’aménagement de la ville du Cap-Haïtien visant à mettre en valeur le potentiel touristique de la ville et dynamiser l’économie de la région.

Selon un communiqué de la primature, ce nouveau plan d’aménagement devra aussi permettre de supporter les travaux effectués par le Comité interministériel de l’aménagement du territoire (CIAT) et s’étendra à tout le département du Nord ainsi qu’au Nord-Est, en particulier la ville de Fort-Liberté qui représente un haut lieu de notre histoire.

Cette démarche s’inscrit dans la vision du Gouvernement Martelly/Lamothe de promouvoir le patrimoine historique, archéologique et touristique du pays. À cet effet, des experts internationaux, en provenance du Now Institute de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), travaillent avec les autorités haïtiennes afin d’élaborer un plan qui répond aux besoins réels d’aménagement des villes du Cap-Haïtien, de Fort-Liberté et de Milôt, une manière de faciliter le développement de la région.

Le plan vise notamment la réhabilitation urbaine du quartier Shada, à l’entrée du Cap-Haïtien, qui, selon les vœux du Gouvernement Martelly/Lamothe, doit être la vitrine de la ville, un des pôles importants de destination touristique. Le Gouvernement s’engage à définir un plan spécial pour ce quartier, qui prendra en compte l’amélioration des conditions de vie de la population.

A ces projets, notamment aux études des plans directeurs qui devront être menées par le Now Institute de concert avec le CIAT, le Gouvernement Martelly/Lamothe va mobiliser 200 000 dollars américains et s’engagera à ce que les propositions qui en résulteront soient appliquées.

Le Gouvernement Martelly/Lamothe continue de multiplier les actions visant l’amélioration de l’image du pays à l’étranger en vue de le replacer sur la carte touristique du monde.

 

EJ/Radio Métropole Haïti

One comment on “Un nouveau plan d’aménagement urbain du Cap-Haïtien (Le Nouvelliste)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s